Euro 2024: La Turquie dispute les huitièmes de finale en Allemagne avec le soutien de la diaspora.

Euro 2024 : une compétition presque à domicile pour la Turquie et son importante diaspora en Allemagne
La Turquie dispute les huitièmes de finale de l'Euro, mardi, contre l'Autriche et pourra compter sur ses très nombreux  supporters en Allemagne.

Mardi, la Turquie affrontera l’Autriche en huitièmes de finale de l’Euro et pourra compter sur le soutien de ses nombreux supporters en Allemagne.

Les rues de Paderborn s’animent avec la célébration de la communauté turque après la victoire à l’Euro

Généralement calmes le soir, les rues de Paderborn se transforment en quelques minutes en scènes de joie. Avec une population de 150 000 habitants, la ville où l’équipe de France est hébergée, comme dans d’autres régions d’Allemagne, la importante diaspora turque célèbre toutes les victoires de son équipe à l’Euro, y compris la qualification pour les huitièmes de finale. Contre l’Autriche, mardi 2 juillet, les Turcs joueront pratiquement à domicile une fois de plus.

“Nous sommes fiers, c’est comme si nous étions chez nous”, ont déclaré certains supporters turcs aux abords du stade de Dortmund avant le match contre le Portugal en phase de groupes, pour lequel certains ont dû payer le triple du prix du billet sur le marché noir en raison de la difficulté de trouver des places. Ils occupaient environ 75% des gradins ce jour-là, mais malgré leur bruyantes au début du match, ils se sont tu peu à peu après les buts portugais (3-0). “L’Euro se déroule en Allemagne, mais aussi un peu en Turquie”, sourit Enver Maltas, directeur sportif du Türkgücü Munich, l’un des nombreux clubs turcs en Allemagne, mais le seul à avoir réussi à atteindre le niveau professionnel il y a trois ans avant d’être relégué en quatrième division.

Fondé par plusieurs travailleurs immigrés turcs dans les années 1970, le Türkgücü Munich est un exemple de la relation historique entre l’Allemagne et la Turquie. “L’immigration turque a commencé en 1961, année de la construction du Mur de Berlin,” explique Ulrich Pfeil, professeur de civilisation allemande à l’Université de Lorraine. “Avant cela, de nombreux Allemands de l’Est ont quitté la RDA communiste pour l’Ouest et représentaient une main-d’œuvre. Avec la construction du Mur, la République fédérale d’Allemagne a dû chercher de la main-d’œuvre ailleurs, et en 1961 il y a eu un premier accord entre la RFA et la Turquie. Pour la plupart, il s’agissait d’hommes qui sont venus avec l’intention de retourner après quelques années, mais dans les années 70, leurs familles les ont finalement rejoints. Des équipes de football turques se sont alors formées, car les clubs allemands ne les voulaient souvent pas.”

“Allemands quand ils gagnent, mais immigrés quand ils perdent”

Actuellement, on estime qu’il y a 1,3 million de Turcs en Allemagne, mais au total, trois millions de personnes ont des parents ou grands-parents turcs. Même si un projet de loi est actuellement en discussion pour accélérer l’obtention de la citoyenneté allemande pour les étrangers, la communauté turque est toujours victime de racisme, comme l’ont affirmé plusieurs germano-turcs interrogés par franceinfo: sport. “De nos jours, les jeunes Turcs ont un lien plus étroit avec la Turquie. Lors des récentes élections turques, de nombreux Turcs ont voté pour Erdogan depuis l’Allemagne. Et quand nous votons pour lui en vivant en Allemagne, cela reflète un vrai problème d’intégration et de rejet de la société”, commente Ulrich Pfeil.

Também pode gostar  Classement de la France en quarts de finale de l'Euro 2024 après avoir battu la Belgique

En 2018, le joueur de football allemand d’origine turque, Mesut Özil, a quitté l’équipe nationale, dénonçant des insultes racistes après avoir publié une photo de lui aux côtés du président Erdogan. “Nous sommes allemands quand nous gagnons, mais immigrés quand nous perdons”, a-t-il écrit sur ses réseaux sociaux. Tout comme lui, Ilkay Gundogan et Emre Can ont choisi de représenter l’Allemagne, mais ces dernières années, plusieurs joueurs nés en Allemagne ont choisi de jouer pour la Turquie. C’est le cas, par exemple, de Salih Özcan, Kaan Ayhan, Kenan Yildiz et Cenk Tosun, qui ont déjà porté le maillot allemand en équipe de jeunes avant d’opter pour la Turquie.

Durante o jogo entre Portugal e Turquia na fase de grupos da Euro, uma bandeira alemã com a lua e a estrela crescente, bem como uma bandeira dos torcedores turcos de Frankfurt, eram visíveis nas arquibancadas. (Hortense Leblanc)

“Quand vous regardez les jeunes de 18 ans formés en Allemagne, c’est souvent une lutte entre la Fédération Allemande et la Fédération Turque pour les attirer. Par exemple, nous avons le cas d’un jeune attaquant de Nuremberg, Can Uzun, qui a marqué de nombreux buts la saison dernière en deuxième division (19 buts) et a finalement choisi la Turquie”, rapporte Ulrich Pfeil. “J’ai suivi mon cœur”, a expliqué le jeune joueur, non convoqué pour l’Euro. “De toute façon, il n’y a pas de mauvaise décision à jouer pour l’Allemagne ou la Turquie. Pour nous, qui venons de familles turques en Allemagne, nous avons un cœur, mais deux pays”, conclut Enver Maltas, dont le club possède un logo représentant à la fois le drapeau turc et les couleurs de la Bavière. Tout comme lui, plusieurs millions de personnes rêvent désormais d’une finale entre l’Allemagne et la Turquie.

Source de l’article : Francetvinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *